Il y a maintenant plus de 120 ans, un groupe de personnalités issues du monde universitaire, politique et industriel de Grenoble, décida de créer un centre d'enseignement du français, le Comité de Patronage des Étudiants Étrangers. Le fondement du centre reposait alors sur l'accueil des familles et des salariés émigrés (Italie, Portugal, etc.) établis et travaillant à Grenoble. La découverte de la Houille Blanche assura l’industrialisation rapide de la région et la main d'œuvre affluait.

En 1896, la première inscription aux cours a été celle d'un étudiant allemand. Elle fut suivie de beaucoup d'autres inscriptions d'étudiant.e.s anonymes devenu.e.s pour certain.e.s des personnalités connues du monde entier.
Citons par exemple : Vigdis Finbogadottir, ancienne présidente de la République d'Islande ; Richard von Weizsäcker, ancien président de la République d'Allemagne fédérale ; ou encore plus récemment, Masako Owada, princesse du Japon et Jacqueline Lee Bouvier (Jackie Kennedy), Première dame des États-Unis du au

Mais tous, étudiant.e.s connu.e.s ou inconnu.e.s, ont participé au développement constant et régulier du CUEF. Ensemble, le comité de patronage et l'université pérennisaient leur vocation d'accueil et d'enseignement du Français Langue Étrangère.

Le 1er janvier 2012, le CUEF est devenu un service commun de l'université Stendhal-Grenoble 3. Il continuait de former des étudiant.e.s d'une centaine de nationalités à la culture et à la langue française.

Le 1er janvier 2016, lors de la fusion des trois universités grenobloises, le CUEF est devenu une composante de l'Université Grenoble Alpes.