"Pour moi, venir étudier en France, c'est grandir et devenir indépendante, sortir de ma zone de confort d'origine"

Je suis originaire de Chine, j'étudie et j'habite en France depuis 4 mois (septembre 2020). Tout est très nouveau pour moi. J'étudie le FLE au CUEF. En fait, la vie sous l'épidémie est un peu difficile pour la plupart des gens, et nous devons endurer des changements qui n'existaient pas auparavant.
Pour moi, venir étudier en France, c'est grandir et devenir indépendante, sortir de ma zone de confort d'origine. Heureusement, après mon arrivée en France, j'ai reçu de l'aide de beaucoup de monde, je me suis sentie très touchée, ce qui a dissipé certaines de mes craintes d'une nouvelle vie. Je me suis fait des amis et mes camarades de classe à l'université sont très sympathiques. J'ai été encouragée par ma camarade française dans la même classe. Il y avait aussi des inconnus sur la route qui m'ont aidé à porter mes bagages.
Début septembre, le professeur a organisé une expédition à Grenoble pour nous. Je suis une personne qui aime visiter les musées. C'était dommage que le musée ne soit pas ouvert ce jour-là. Un jour j'étais dans le centre-ville, quelqu'un chantait, j'espère pouvoir en écouter d’autres, une fois l'épidémie terminée. A cause de l'épidémie, je n'ai pas encore apprécié le charme de Grenoble, mais les desserts français sont vraiment délicieux !
En ce qui concerne la nourriture, parce que je suis chinoise, mon orientation alimentaire reste la cuisine chinoise. Bien que je cuisine généralement moi-même, c’est le goût de la maison me manque le plus. Je pense toujours que les plats préparés par les parents sont les plus authentiques. J'ai échangé des plats préparés avec une amie arabe d'une résidence, et elle a aimé le DiSanxian que j'ai fait.
Mais la vie en France est encore un peu solitaire, j'espère pouvoir me faire plus d'amis à l'avenir.